voyages

héberge le carnet de voyages de Nico

Accueil » Blogs » Europe et Russie » France » Carnet de voyages de Nico » Chateaux Cathares » Abbaye de Fontfroide
Augmenter Diminuer Taille texte
Les Carnets de Voyages de Nico: Chateaux Cathares

Mes voyages

Mes photos

Blog similaires

Abbaye de Fontfroide

Le n°19 sur la carte


Notre première visite de la région et nous pouvons le dire, notre coup de cœur ! Située dans un photo_191beau site sauvage, cette grande abbaye aux pierres ocres et roses renferme de vraies merveilles : un cloître incroyable, une très belle église et des bâtiments de convers aux belles dimensions.
Compter 1h15 de visite guidée.

L'idéal est de pouvoir assister à un concert de musique classique, pendant le festival Pablo Casals (de fin juillet à mi-août). Il parait que l'acoustique de la nef est incroyable.

 

1- Histoire de l'abbaye de Fontfroide

 

Tout commence en 1093 lorsque le Vicomte de Narbonne Aymeric 1er autorise la constitution d'une communauté de moines sur ses terres de Fontfroide. Le nom de Fontfroide vient de « fons frigida », qu'on peut traduire par « source fraiche », source qui aliment les lieux.

Ce n'est qu'en 1145, date de la venue de Saint Bernard de Clairvaux en Languedoc, que la photo_202communauté des moines se rattache à l'ordre de Cîteaux, alors en pleine expansion. C'est à partir de cette date que l'abbaye connaît une période de prospérité et de rayonnement. Ainsi en 1149, 12 moines de l'abbaye sont envoyés en Catalogne pour fonder le monastère de Poblet sur les terres offertes par le comte de Barcelone.

En 1157, la vicomtesse de Narbonne fait don à l'abbaye d'un ensemble de terres conséquent entourant le monastère. Puis, pendant toute la seconde moitié du XIIe siècle, les dons de biens fonciers de seigneurs sont nombreux à l'égard de Fontfroide, ce qui fait de l'abbaye une importante puissance foncière et religieuse dans la région. Les revenus lui permettent ainsi de débuter la construction des bâtiments. 1203 est une date importante pour le Languedoc ; en effet, le Pape Innocent III demande à deux moines de Fontfroide de lutter contre le catharisme et c'est l'assassinat en 1208 de l'un deux, Pierre de Castelnau, qui déclenche la Croisière de Albigeois en 1209.

Les XIII et XIV siècle marquent l'apogée de l'abbaye. Les dons des bienfaiteurs agrandissent considérablement le domaine de Fontfroide, qui compte alors 25 granges entre Béziers et Perpignan et un troupeau de 20 000 têtes. La construction des bâtiments se poursuit. Et pour couronner le tout, l'abbaye accueille au sein de sa communauté des personnages qui ont marqué leur temps. C'est le cas de Jacques Fournier, abbé de Fontfroide de 1311 à 1317, qui est élu pape sous le nom de Benoit XII en 1334.

Mais à partir du XVe siècle s'amorce le déclin de l'abbaye. En 1516 est signé entre le Pape et photo_201François Ier un concordat (Larousse : « convention entre le Saint Siège et un état souverain réglant les rapports entre l'Eglise et l'Etat »), instituant la commende : les abbés ne sont ainsi plus élus par les moines mais désignés par le pouvoir royal ; de même, ils ne résident plus dans les monastères mais en perçoivent néanmoins les revenus. Fontfroide n'échappe pas à cette règle et de ce concordat découle une période de relâchement de la part des moines, qui ne sont plus guidés par leur abbé toujours absent. C'est de cette époque que datent de superbes aménagements des bâtiments, comme la cour d'honneur, signe de richesse bien plus que de pauvreté ! Les vocations se font rares et la communauté tombe à 16 moines, alors qu'elle en comptait 41 en 1342.

C'est la Révolution qui, en 1791, chasse le dernier moine de l'abbaye. Elle devient alors propriété de l'Etat, avant d'être rachetée en 1833 par Monsieur de Saint-Aubin, qui s'attelle à la restauration d'un bâtiment en bien mauvais état par faute d'entretien. Viollet-le-Duc obtient le classement partiel des bâtiments en 1843, ce qui entraine les premiers travaux de restauration. Une nouvelle communauté cistercienne s'installe dans les lieux en 1858, mais les quittent en 1901 lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. C'est en 1908 que la famille Fayet d'Andoque rachète l'abbaye à l'abandon qu'un collectionneur américain voulait acquérir. Ce sont eux qui se chargent de la restauration des lieux et qui en sont encore les propriétaires aujourd'hui.

 


Signaler un abus

(0 vote) Vus: 1556

0 Commentaire... Qu'en pensez vous?

Vous aimez voyages.net? Parlez de nous à vos amis sur FaceBook Partager

Quel est votre avis? Venez rejoindre la discussion
















Nico

Nico (son profil)

12 Voyages et 1479 Photos

Dernière connection le :
18 Novembre 2010 à 20h39

Membre depuis Mai 2009

Randonneur et photographe & vidéaste amateur qui aime partager sa passion pour les voyages en France et dans le monde.

Menu voyage

Destination