voyages

héberge le carnet de voyages de Nico

Accueil » Blogs » Europe et Russie » France » Carnet de voyages de Nico » Chateaux Cathares » Abbaye Saint-Michel de Cuixa
Augmenter Diminuer Taille texte
Les Carnets de Voyages de Nico: Chateaux Cathares

Mes voyages

Mes photos

Blog similaires

Abbaye Saint-Michel de Cuixa

Le n°15 sur la carte

 

Une autre abbaye de la vallée de la Têt qui, avec son imposant clocher roman surmonté de créneaux, vaut la visite, même si le site est moins impressionnant que celui de Saint-Martin du Canigou. On pourra en effet y admirer son très beau cloître de marbre rose, l'église abbatiale ainsi que la crypte.


Compter 1h30 de visite environ. Possibilité de visite guidée.

 

1- Histoire de l'abbaye Saint-Michel de Cuixà

 

En 878, les moines bénédictins du monastère de Saint André d'Eixalada furent malheureusement témoins de la destruction de leur monastère par inondation lors d'une crue furieuse de la Têt. Les comtes de Cerdagne-Conflent leur offrirent alors protection afin qu'ils puissent s'installer à Cuixa (ou Cuxa, mais dans les deux cas, ça se prononce « coucha ») l'année suivante. Et le monastère se développa très rapidement. Trois églises se sont alors succédé à Cuixà ; la dernière, l'église actuelle, fut consacrée à Saint-Michel en 974 sous l'abbé Garin, qui œuvra grandement au rayonnement exceptionnel de l'abbaye.

 

Un autre abbé apporta aussi sa pierre à l'édifice : Oliba (le frère de Guilfred II, celui qui est à l'origine de Saint-Martin du Canigou, vous vous souvenez ?), qui fut nommé abbé de Cuixà et de Ripoll en 1008 (le Monastère Santa-Maria de Ripoll se trouve en Catalogne). C'est ce même monsieur qui fonda un troisième grand monastère catalan : l''abbaye de Montserrat... autant dire qu'il était considéré comme un personnage important à l'époque ! Il agrandit alors le chœur de l'église abbatiale et fit aussi élever les deux clochers (dont un seul ne reste). Saint-Michel de Cuixà devint alors un haut lieu de pèlerinage, voire la plus grande église de pèlerinage de Catalogne. Puis le cloître et la tribune en marbre rose furent construits pendant la première moitié du XIIe siècle, sous l'abbé Grégoire.


La période du Moyen-âge est moins faste pour Cuixà, même si l'abbaye est très riche. Puis à partir du XVIe siècle, du fait de la commende (cf. histoire de l'abbaye de Fontfroide), les moines ne vivent pour ainsi dire plus la vie commune, et cette vie monastique réduite se poursuit jusqu'à la Révolution. L'abbaye est alors fermée et les bâtiments, vendus, tombent peu à peu en ruine.

 

En 1907, la plupart des chapiteaux du cloître sont disséminés dans le pays mais un sculpteur américain, George Grey Barnard, réussit à en retrouver et achète de ce fait plus de la moitié du cloître. Les chapiteaux sont ensuite acquis par le Metropolitan Museum of Art en 1925 (plus précisément « The Cloisters Museum ») !

 

A partir de 1952, de grands travaux de restauration sont entrepris à Saint-Michel de Cuixà et depuis 1965, des moines bénédictins (venus de l'abbaye de Montserrat) s'y sont installés.

 

2- Visite de l'abbaye Saint-Michel de Cuixà

 

Nous avons malheureusement découvert l'abbaye de Saint-Michel de Cuixà sous une pluie battante. Heureusement que le guide était là pour égayer la visite et nous la montrer sous son meilleur angle !


Le cloître, qui n'est pas complet vous l'aurez compris, rassemble quand même quelques très beaux chapiteaux de marbre rose. L'ornementation des chapiteaux a exclu tout thème religieux ! On retrouve alors des décors floraux et un « bestiaire orientalisant » (comme disent les érudits). Une des caractéristiques de la sculpture romane roussillonnaise est le plomb coulé dans des trous positionnés à des endroits stratégiques (comme les yeux), pour rendre les personnages ou les animaux plus vivants sous la lumière des torches. Il fallait y penser, d'autant plus que cette technique n'est pas évidente, si l'on veut éviter que le marbre ne se fende quand on le sculpte spécialement pour cela !


La visite se poursuit par l'imposante église abbatiale, dont la caractéristique est l'arc outrepassé, dit « wisigoth » (il faut aller sur place pour comprendre !). Enfin la crypte, avec en son centre la chapelle circulaire de la Vierge de la Crèche. Et la découverte de l'abbaye se termine en beauté par une vue imprenable sur le monumental clocher roman à quatre étages.

 


Signaler un abus

(0 vote) Vus: 1240

0 Commentaire... Qu'en pensez vous?

Vous aimez voyages.net? Parlez de nous à vos amis sur FaceBook Partager

Quel est votre avis? Venez rejoindre la discussion
















Nico

Nico (son profil)

12 Voyages et 1479 Photos

Dernière connection le :
18 Novembre 2010 à 20h39

Membre depuis Mai 2009

Randonneur et photographe & vidéaste amateur qui aime partager sa passion pour les voyages en France et dans le monde.

Menu voyage

Destination