voyages

héberge le carnet de voyages de Nico

Accueil » Blogs » Europe et Russie » France » Carnet de voyages de Nico » Chateaux Cathares » Quéribus
Augmenter Diminuer Taille texte
Les Carnets de Voyages de Nico: Chateaux Cathares

Mes voyages

Mes photos

Blog similaires

Quéribus

Le n°2 sur la carte


Situé sur la commune de Cucugnan, Quéribus aussi est un château cathare incontournable. Outre photo_216la vue grandiose qu'il offre du haut des 728 mètres de sa terrasse, Quéribus a su conserver de nombreux vestiges, comme son donjon, et c'est pour cela qu'il vaut le détour. Qui plus est, ce château a joué un rôle de premier plan à l'heure du catharisme, ce qui n'est pas négligeable.

Pas de visite guidée mais des audio-guides, qui sont intéressants. Du parking, compter environ 20 minutes de marche AR, puis 1 heure pour la visite.

 

1- Histoire du château de Quéribus


Le nom Quéribus signifie rocher des buis. Il est cité pour la première fois en 1020 dans le photo_217testament du comte catalan de Besalù. Mais c'est surtout lors de la Croisade contre les Albigeois qu'il fait parler de lui. Après la chute de Montségur en 1244, c'est en effet à Quéribus (ainsi qu'à Puilaurens) que les derniers cathares se réfugient. Chabert de Barbaira, seigneur du château et farouche opposant des croisés, leur ouvre les portes de cette forteresse qui sera le dernier refuge des religieux cathares.

 

En 1255, les troupes royales encerclent le château, mais Chabert de Barbaira tombe dans un guet-apens, trahi par un ancien compagnon rallié au roi de France, Olivier de Termes. Il est alors contraint d'abandonner la citadelle au roi en échange de sa liberté : en mai 1255, Quéribus est le dernier bastion cathare à tomber aux mains des Croisés. On ne sait pas précisément ce que sont devenus les cathares qui s'étaient réfugiés dans le château.

 

En 1258, avec le traité de Corbeil, Quéribus, comme Peyrepertuse, devient forteresse royale photo_221pourvue d'une garnison, l'un des Cinq Fils de Carcassonne. Durant les XIIIe et XIVe siècle, Quéribus est entièrement reconstruit par les rois de France, mais perd tout poids stratégique lors de la signature en 1659 du traité des Pyrénées. Une garnison est cependant maintenue quelques temps dans le château ; des capitaines-gouverneurs, nommés par le roi, ont la responsabilité du château mais sans y résider.

 

Ainsi, les lieux se dégradent peu à peu et deviennent le refuge des brigands, puis sont définitivement abandonnés à la Révolution. Il faut attendre 1907 pour que le château soit classé Monument Historique, puis 1951 pour que les travaux de rénovation débutent.

 

2- Visite du château de Quéribus


Là encore, il est important de comprendre qu'il ne reste presque rien de l'époque cathare, les photo_224constructions qui s'élèvent sur le site datant pour la plupart de la période des « Cinq Fils de Carcassonne » (du XIIIe siècle au XVIe siècle).

 

Le site est constitué de trois enceintes successives qui protègent le donjon, placé tout en haut du piton rocheux. Les enceintes sont de périodes de construction différentes, ce que prouvent les différents types d'ouverture. Ainsi, les archères utilisées par les arbalétriers et les meurtrières pour les armes à feu sont les témoins de quatre siècles d'évolution.

 

De même, on peut apercevoir plusieurs systèmes de défense des portes, comme les assommoirs photo_225ou les bretèches. Enfin, plusieurs moyens de surveillance, comme les chemins de ronde ou les casemates, protègent les points plus vulnérables. Toutes ces protections permettaient ainsi à seulement quinze à vingt soldats de défendre le château ! Il est aussi intéressant de noter que des éléments de la vie quotidienne ont été conservés : citernes, salles de stockage, emplacements de cheminées, corps de logis.

 

Ces trois enceintes sont dominées par le donjon de forme polygonale. Il comporte une très belle salle gothique à deux niveaux, la cave et la salle principale. Par la cave, on accède à une galerie souterraine débouchant sur une casemate très sombre. La salle voûtée, quant à elle, supporte une terrasse à laquelle on accède par un escalier situé dans une tour accolée au donjon. De la terrasse se découvre une vue remarquable sur toute la région, jusqu'aux Pyrénées et son fameux Mont Canigou qui culmine à 2784 mètres.

 

Et pour une visite virtuelle commentée par un historien, encore très bien faite : http://www.triby.eu/modules/visites_4/index.php?id=27

 


Signaler un abus

(0 vote) Vus: 1747

0 Commentaire... Qu'en pensez vous?

Vous aimez voyages.net? Parlez de nous à vos amis sur FaceBook Partager

Quel est votre avis? Venez rejoindre la discussion
















Nico

Nico (son profil)

12 Voyages et 1479 Photos

Dernière connection le :
18 Novembre 2010 à 20h39

Membre depuis Mai 2009

Randonneur et photographe & vidéaste amateur qui aime partager sa passion pour les voyages en France et dans le monde.

Menu voyage

Destination